S - Elsan
21 SEP 18 0 commentaire

Des professionnels du sport se sont associés avec des professionnels de santé pour montrer que le sport diminue les risques de récidive du cancer.

 

Des études le prouvent, pratiquer une activité physique régulière pendant le traitement d’un cancer peut réduire considérablement les risques de récidive et le taux de mortalité. C’est en se basant sur ces études que des kinésithérapeutes du Pôle Santé République à Clermont-Ferrand ont pris l’initiative de s’associer avec des oncologues et des professeurs de sport spécialisés en activité physique adaptée. Cette association est unique en France.

 

Leur objectif : faire connaître les bienfaits du sport pendant les traitements contre le cancer comme la chimiothérapie. « Cette pratique est encore méconnue du grand public. On s’imagine que lorsqu’on est malade, on doit se reposer et ne pas se dépenser. C’est totalement le contraire », affirme Jérôme Champoux, l’un des quatre kinésithérapeutes à l’origine du projet. Les exercices proposés sont adaptés à la situation de chacun : « Dans les faits, lors de votre première visite chez l’oncologue, celui-ci est en capacité de dire si oui ou non la personne est apte à pratiquer une activité physique », poursuit Jérôme Champoux.

 

Un bilan fonctionnel est ensuite réalisé par le kiné afin de connaître l’état physique et psychologique du patient. Océane et Élodie, professeurs de sport spécialisées en activités physiques adaptées, identifient ensuite dans quel groupe de niveau il pourra évoluer, en fonction de ses capacités. Jérôme Champoux précise : « Je tiens à dire que même une personne qui n’a jamais fait de sport peut et doit s’y mettre en cas de cancer. »

Claudine, atteinte d’un cancer du sein témoigne : « Depuis que j’ai découvert la gym adaptée à raison de deux fois par semaine, j’ai retrouvé la forme et une joie de vivre que j’avais perdue. En fait, j’ai retrouvé l’espoir et l’envie de me projeter. »

 

La mutuelle AG2R soutient le projet avec une subvention de 49.500 €. Grâce à cette somme, les cours de sport des 30 patients bénéficiaires de ce programme ont été pris en charge. Certains qui ont les moyens de financer eux-mêmes leurs cours ont même proposé de faire un don. Jérôme espère qu’un jour toutes les mutuelles de santé ou la sécurité sociale reconnaîtront les effets du sport sur les malades atteints du cancer.


Ajouter un commentaire

Ajouter un message

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

 

Partager cet article avec un ami

Ce champ est obligatoire

Adresse e-mail invalide

Ce champ est obligatoire

Adresse e-mail invalide

Ce champ est obligatoire

 

Votre message a bien été envoyé.