11 SEP 17 0 commentaire
A l’écoute des futurs parents

A l’écoute des futurs parents

Accompagner les futurs parents, les écouter dans leurs envies, leurs attentes, faire un point sur leur situation, détecter d’éventuelles fragilités… tel est le rôle de Célia Reina, sage-femme coordinatrice de la grossesse.

 

Jusqu’alors, une visite de groupe était ouverte aux futurs parents tous les 15 jours à la polyclinique Majorelle à Nancy. Trop impersonnelle, elle ne répondait pas aux attentes, explique Célia Reina, aujourd’hui titulaire du poste de sage-femme coordinatrice de la grossesse créé en mai dernier: «Certains n’avaient peut-être pas l’envie ou l’opportunité de poser les questions souhaitées.» Exit donc les visites communes. Les couples qui le désirent sont désormais reçus individuellement par Célia Reina. Que les futures mamans accouchent à Majorelle ou pas: «Des couples souhaitent visiter tous les établissements avant de choisir celui qui leur correspond le mieux. »

 

Elle est l’interlocuteur privilégié des futurs parents au sein de l’établissement, et vient en complément du professionnel assurant le suivi de grossesse, auquel elle ne se substitue en aucun cas. Si les attentes sont diverses et variées, un point est commun à tous les couples: «Les parents ont envie qu’on les écoute. Les mamans n’ont pas envie d’être une personne lambda», poursuit Célia Reina.

 

Détecter les «fragilités»

 

Le type de poste qu’occupe aujourd’hui la sage-femme «commence à se développer dans de plus en plus de maternités», dit-elle. La personnalisation des rendez-vous libère la parole : «On arrive à détecter certaines fragilités », observe la sagefemme coordinatrice de la grossesse. «Je travaille en lien avec une psychologue, une diététicienne, un tabacologue, une assistante sociale.» Et au fil des mois, Célia Reina tisse des liens avec le réseau de ville afin de pouvoir apporter «des réponses à la carte» aux futurs parents, quel que soit l’objet de leurs interrogations:

 

«Je reçois plus souvent des couples que des futures mamans seules. Il y a ceux qui veulent tout savoir, tout voir tout de suite. Et ceux qui viennent en plusieurs fois.» Qu’il s’agisse d’un premier enfant ou pas, les questions diffèrent. L’occasion est aussi donnée à Célia Reina de déconstruire «des idées reçues stressantes pour les futurs parents». Ce poste répond aussi à l’attente de plus en plus forte des futurs papas: «Notre volonté est de mieux les intégrer dans le parcours.» Les rendez-vous sont assortis d’une visite des lieux. «On fait découvrir aux futurs parents le chemin tel qu’ils le parcourront le jour de l’accouchement. Par où entre-t-on? Voilà une question qui stresse souvent les papas. »

 

© L’Est Républicain – Marie-Hélène VERNIER – 20/08/17

Ajouter un commentaire

Ajouter un message

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

 

Partager cet article avec un ami

Ce champ est obligatoire

Adresse e-mail invalide

Ce champ est obligatoire

Adresse e-mail invalide

Ce champ est obligatoire

 

Votre message a bien été envoyé.