15 SEP 17 0 commentaire
À la pointe de l’urologie

À la pointe de l’urologie

C’est inédit dans le Val d’Oise ! La Clinique Conti à l’Isle-Adam est le premier établissement du département à se doter du laser Holep, une technologie de pointe visant à traiter l’adénome de la prostate.

 

Petite à la naissance, la prostate se développe jusqu’à la puberté. Son volume se stabilise à l’âge adulte, mais tend à augmenter de nouveau à partir de 40 ans. On parle alors d’adénome de la prostate, une tumeur bénigne. Elle bouche la lumière de l’urètre prostatique, gênant ainsi l’évacuation de l’urine. En France, près de 2,5 millions d’hommes âgés de 50 à 70 ans présentent des troubles urinaires dus à un adénome de la prostate. « Lorsque les symptômes commencent à interférer avec votre mode de vie, il est temps d’envisager des options de traitement » précise l’un des urologues de la Clinique Conti. Chaque année, ce sont plus de 70 000 hommes qui se font opérer.

 

L’investissement de cette technologie constitue alors une avancée majeure. Ce puissant laser permet l’énucléation de l’adénome. En clair, le chirurgien peut retirer l’adénome en un seul bloc.

Les avantages sont considérables. Cette technique coagule instantanément les vaisseaux en limitant le risque de saignements pendant et après l’intervention. Elle permet donc de traiter avec un faible risque hémorragique les patients prenant des anticoagulants ou des antiagrégants comme les dérivés de l’aspirine. La diminution du saignement permet également une hospitalisation plus courte, pouvant même être réalisée en ambulatoire en une journée, contre 3 à 5 jours d’hospitalisation en chirurgie endoscopique classique.

De plus, contrairement à d’autres techniques, le laser Holep convient à tous les patients, quelle que soit la taille de leur prostate.

Par ailleurs, l’utilisation de sérum physiologique comme liquide d’irrigation, pendant l’intervention, n’entraîne aucun risque pour le patient en cas de réabsorption contrairement au liquide utilisé dans la résection conventionnelle.

 

L’intervention chirurgicale

Cette intervention se fait au bloc opératoire sous anesthésie générale ou loco-régionale. L’utilisation d’un écran vidéo de contrôle à travers l’urètre permet de visualiser les tissus obstruant la prostate, qui seront éliminés. La durée de l’intervention varie entre 40 minutes et 2h, selon la taille de la prostate.  Le processus se termine par la mise en place temporaire d’une sonde et d’un lavage salin continu. Ils seront supprimés dans les 24 heures. La reprise d’activité peut s’envisager sous 24 à 48 heures. « Six semaines après l’opération, une consultation est planifiée avec l’urologue », explique Catherine Morvan, la directrice de la Clinique Conti. Grâce à cette technique moderne, le taux de récidive est très faible (inférieur à 2 %).

 

L’acquisition de ce matériel révolutionnaire pour le traitement de l’adénome de la prostate et des troubles urinaires est un véritable progrès pour l’offre de soins du Val d’Oise.

Ajouter un commentaire

Ajouter un message

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

 

Partager cet article avec un ami

Ce champ est obligatoire

Adresse e-mail invalide

Ce champ est obligatoire

Adresse e-mail invalide

Ce champ est obligatoire

 

Votre message a bien été envoyé.