01 AOûT 17 0 commentaire
Le bien-être des patients avant tout

Le bien-être des patients avant tout

Le groupe Elsan, auquel appartient la Clinique du Morvan, vient de s’agrandir. Ce qui signifie une meilleure lisibilité sur le territoire du Sud Morvan et une plus grande capacité à investir.

 

La maison pluridisciplinaire de santé, le centre de soins longue durée (CSLD) et la Clinique du Morvan, soins de suite et de réadaptation (SSR) sont trois structures médicales en interactivité qui forment le Pôle santé de Luzy.

 

« On est hébergé par une structure publique depuis 2004. On est en complémentarité avec le CSLD. On est vraiment intégré aux discussions dans le cadre du Groupement hospitalier de territoire (*). On doit offrir une offre de service de soins de proximité cohérente, bien évidemment au profit du patient », développe Arnaud Goguillot, directeur (il dirige aussi la Polyclinique du Val de Loire).

 

Répondre aux besoins

 

Quels sont les besoins du patient ? Comment y répondre ? Des questions auxquelles s’efforce de plancher la Clinique du Morvan. « Le CSLD, la Maison de santé et nous, on travaille en étroite collaboration », reprend Arnaud Goguillot. Sylvie Vernay, directrice déléguée, va encore plus loin. « On partage les praticiens, mais aussi les patients ».

 

En place depuis trois ans, elle a vu évoluer la patientèle et le fonctionnement de la clinique. Si les soins postopératoires ont diminué, les actes médecine ont, eux, augmenté. « Les techniques opératoires ont beaucoup changé. Petit à petit, on va passer très certainement d’une hospitalisation permanente à une hospitalisation de jour. » Et de dresser ce constat : « On a beaucoup plus de social. On voit de plus en plus de personnes sans mutuelle. Il y a une paupérisation qui s’installe doucement. D’où aussi cette interrogation sur la place de l’établissement ».

 

 

« On est la passerelle, parfois, avant le long séjour », reprend la directrice déléguée. Avec son équipe, elle poursuit un but premier : « On doit préserver la prise en charge des patients, trouver des solutions si, par exemple, des problèmes financiers surviennent. On doit remettre nos patients sur pied ».

 

Dans ce contexte national de désertification médical, l’ARS, le GHT et la Clinique du Morvan, engagent de façon collégiale une réflexion sur les dix prochaines années. « On porte un projet ambitieux sur le territoire. L’enjeu dans les années à venir, c’est la démographie médicale », insiste Arnaud Goguillot. Avant d’ajouter : « On n’est pas dans le soin de façon anodine. Notre défi, c’est de soigner nos patients âgés et attirer de jeunes praticiens ».

 

(*) Le docteur Jean-Louis Paponneau, de la Maison de santé pluridisciplinaire, intervient auprès de la commission médicale d’établissement du GHT.

 

 

Dans le quotidien des médecins généralistes

 

Une action coordonnée des soins et surtout une permanence, c’est peut-être là la mission première engagée entre la Clinique du Morvan, le centre de soins longue durée et la Maison de santé. Avec une équipe médicale pluri-professionnelle en liaison constante.

 

Tous les jours, un médecin généraliste (*) assure une visite à la Clinique du Morvan. Un quotidien auquel vient s’ajouter une visite hebdomadaire de l’ensemble des patients.

 

« Les entrées du jour sont vues par un médecin. Nous sommes quatre à intervenir. C’est confraternel », observe le docteur Joëlle NeantBurtey. Ceux-ci prennent aussi en charge la permanence de nuit profonde, de 20 h à minuit. « Ce qui déleste les centres 15. »

 

Un emploi du temps qualifié « de routine », souvent allongé par une multitude de tâches. « Quand un patient arrive, on essaie d’établir une trame, sur quoi il faut se pencher, son retour à domicile. Et le devenir du patient. Le personnel est très présent et s’occupe de beaucoup de choses ».

 

Un emploi du temps perturbé parfois par des urgences. « C’est un quotidien très varié. On est toujours en contact avec les familles. Cela permet d’expliquer les situations plus facilement », développe le docteur. Notamment quand le moment est venu d’annoncer à un patient et sa famille « qu’il ne rentrera pas chez lui et doit aller en maison de retraite ».

 

En décrivant ce quotidien, Joëlle NeantBurtey met en avant l’esprit d’équipe. « La complémentarité de chacun, c’est important. On fait des réunions pluridisciplinaires. Et tout ce qu’on essaie de mettre en place, comme l’éducation thérapeutique. C’est un de nos chevaux de bataille. » ■

 

(*) Trois font partie de l’équipe médicale au sein de la Maison de santé : les docteurs Jean-Louis Paponneau, Adriaan Kraaijeveld, Joëlle NeantBurtey et le docteur Frédéric Néant (hors du pôle santé).

 

QUELQUES CHIFFRES ■

 

L’établissement possède 35 lits. 24 personnes sont embauchées, soit 21 équivalents temps plein, essentiellement de Luzy et des environs (à 90 %). Cela correspond à une dizaine de métiers. La Clinique du Morvan appartient au groupe Elsan, qui détient également la Polyclinique du Val de Loire, à Nevers. Le groupe s’est renforcé, récemment (voir notre édition du mardi 4 juillet) et intègre MédiPôle Partenaires. La Clinique du Morvan travaille aussi en partenariat avec la Ville. La structure est ainsi raccordée au réseau de chaleur collectif. Quant à la patientèle, 85 % est originaire de la Nièvre. Les autres patients viennent de Saône-et-Loire, des communes voisines de Luzy. La clinique accueille 350 patients par an, pour un séjour de 30 à 35 jours en moyenne. « La relation soignant-patient est très importante ici », relève Sylvie Vernay. Tandis qu’Arnaud Goguillot pointe du doigt la position géographique de l’établissement : « La grande chance, c’est d’être sur un axe routier. On est placé à un endroit stratégique du territoire. Dans une commune comme Luzy, on joue un rôle sociétal qu’on n’aurait pas ailleurs ».

 

CERTIFICATION ■

 

Après la certification V2010 décernée, en janvier 2015, par la Haute autorité de santé, la clinique prépare la certification V 2014 pour mars 2018, toujours dans cette optique d’optimiser la qualité des soins et la prise en charge des patients.

 

© Gwénola Champalaune – Le journal du Centre – 19 Juillet 2017

Ajouter un commentaire

Ajouter un message

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

 

Partager cet article avec un ami

Ce champ est obligatoire

Adresse e-mail invalide

Ce champ est obligatoire

Adresse e-mail invalide

Ce champ est obligatoire

 

Votre message a bien été envoyé.