25 NOV 15 0 commentaire
Des moustaches qui font parler

Des moustaches qui font parler

Dans les couloirs de la clinique Océane de Vannes, depuis trois ans au mois de novembre, fleurissent des moustaches. En écho au mouvement Movember, des médecins et des soignants usent de cet attribut pour engager la conversation sur la prévention des maladies masculines.

 

Aux femmes « Octobre rose », aux hommes la Movember Foundation Charity, une associative caritative née en Australie qui a pour but de sensibiliser l’opinion publique aux maladies masculines. « Movember » est née de la contraction des mots « moustache » et « november », avec pour slogan « changer le visage de la santé au masculin ».

 

Une vingtaine de médecins et soignants

Il y a deux ans, un médecin de la clinique Océane de Vannes a proposé à ses collègues de suivre le mouvement. « J’y ai pensé alors que les medias évoquaient « Octobre rose » organisée pour la prévention des cancers féminins. Les femmes reçoivent des convocations pour des dépistages du cancer du sein, elles font des frottis pour le dépistage du cancer de l’utérus. De même, les enfants reçoivent des courriers de la CPAM pour aller chez le dentiste dans le cadre de la prévention des caries. Mais pour les hommes, à part le dépistage du cancer colorectal, il n’y a rien », constate le Dr Philippe Gruber, chirurgien orthopédique. « Or les hommes se préoccupent beaucoup moins de leur santé que les femmes. Il y a quelque temps, le dosage du PSA (antigène prostatique spécifique) pour dépister les cancers de la prostate se pratiquait davantage qu’aujourd’hui. La controverse que cet examen a suscitée, fait qu’il y a moins d’hommes qu’avant à le faire. »

Aussi, pour la troisième année consécutive, à la clinique Océane, une vingtaine de médecins, infirmiers et brancardiers se laissent pousser la moustache qu’ils entretiennent sérieusement, échangeant même des conseils de soins. Il s’agit d’interpeller les hommes sur les maladies qui les concernent comme les cancers de la prostate et des testicules mais également les maladies cardio vasculaires, la dépression, en les incitant à se faire dépister et à avoir une bonne hygiène de vie en buvant et fumant moins et en pratiquant une activité physique.

 

Une moustache pour enclencher la conversation

Les médecins de la clinique Océane soulignent que le port de la moustache au mois de novembre est un vrai déclencheur de conversation. « Environ un patient sur quatre, nous interroge sur le fait qu’on garde la moustache. C’est un bon moyen de faire passer des messages en partant d’une anecdote. C’est plus facile que de véhiculer d’emblée un message de prévention », constate Guillaume Leporcq, gynécologue à la clinique.

Les médecins participent aussi à la course des Marcels, organisée à Plescop (56) pour réunir des fonds en faveur de la recherche contre les cancers masculins. La démarche n’est pas réservée au milieu médical, d’autres hommes se plaisent à porter des bacchantes pendant un mois, véhiculant messages et photos de leur nouveau visage sur les réseaux sociaux, en organisant parfois des collectes de fonds en faveur de la recherche.

À l’Université Bretagne Sud, cette année, un étudiant en 3e année de biologie est à l’origine de « la journée de la moustache » qui incite étudiants et personnels à porter la moustache, vraie ou fausse, lundi 30 novembre, avec pour objectif de reunir des dons pour l’association Movember.

 

© Le Télégramme – 24-11-15 – Par Stéphanie Le Bail

Ajouter un commentaire

Ajouter un message

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

 

Partager cet article avec un ami

Ce champ est obligatoire

Adresse e-mail invalide

Ce champ est obligatoire

Adresse e-mail invalide

Ce champ est obligatoire

 

Votre message a bien été envoyé.