25 SEP 15 0 commentaire
La RAAC : pour un retour rapide à l’autonomie

La RAAC : pour un retour rapide à l’autonomie

La Polyclinique de Gentilly à Nancy met en place la Récupération Améliorée Après Chirurgie (RAAC), un mode de prise en charge innovant centré sur le patient. Explications d’Elise Guillaume, infirmière coordinatrice RAAC à Gentilly.

 

La Lettre : Qu’est-ce que la RAAC ?

Elise Guillaume : Il s’agit d’un nouveau mode de prise en charge initié dans les années 1990 au Danemark, par le Professeur Henrik Kehlet, chirurgien digestif. Ce concept permet au patient de récupérer plus vite ses capacités fonctionnelles après une intervention chirurgicale, et de retrouver plus rapidement son environnement familial, en toute sécurité. Aujourd’hui, la RAAC est en pleine expansion en Europe du Nord et au Canada mais reste encore confidentielle en France.

 

La Lettre : Concrètement, comment cela se traduit ?

E.G. : Le patient devient le principal acteur de sa guérison. Lors de la consultation pré opératoire, le chirurgien lui fournira donc des informations détaillées sur son intervention et sur son séjour hospitalier. Être mieux informé permettra au patient de se rendre dans les meilleures conditions au bloc opératoire. Il aura également toutes les informations nécessaires pour préparer son retour à domicile.

 

La Lettre : La RAAC propose aussi un jeûne moderne…

E.G. : C’est exact. Les études scientifiques démontrent que le jeûne a un retentissement important sur la récupération du patient. Avec la RAAC, le patient peut boire jusqu’à 2 h avant l’intervention, même une boisson sucrée. Il évitera ainsi la déshydratation et éliminera plus facilement les drogues de l’anesthésie. Enfin, sur le plan médical, la gestion de la douleur est sensiblement différente : le patient est déperfusé le plus précocement possible. Et pour éviter qu’il soit nauséeux et somnolant, nous privilégions les traitements sans morphine.

 

La Lettre : Quels sont les bénéfices pour le patient ?

E.G. : Les avantages sont nombreux. Les études démontrent une diminution de l’anxiété, une récupération plus rapide des capacités fonctionnelles et une réduction des complications postopératoires, liées notamment à un alitement prolongé. La RAAC permet une hospitalisation plus courte et ainsi une diminution des risques d’infections nosocomiales. Tous les patients, même avec de lourds antécédents, peuvent bénéficier d’une prise en charge RAAC. Une seule contrainte : l’accord du patient.

 

La Lettre : Qui a eu l’idée de mettre en place la RAAC à Gentilly ?

E.G. : Ce sont les médecins de Gentilly qui, au fil des congrès, se sont rendu compte de l’intérêt de ce mode de prise  en charge. Bien sûr, la direction a adhéré pleinement au projet. Et l’ARS Lorraine nous soutient financièrement. Nous collaborons aussi avec les médecins généralistes et les infirmiers libéraux pour assurer le relais de la prise en charge à domicile. Tout a été pensé pour que la coordination soit la plus optimale possible.

Ajouter un commentaire

Ajouter un message

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

 

Partager cet article avec un ami

Ce champ est obligatoire

Adresse e-mail invalide

Ce champ est obligatoire

Adresse e-mail invalide

Ce champ est obligatoire

 

Votre message a bien été envoyé.