S La réduction des transfusions sanguines : un enjeu de santé publique. - Elsan
19 DéC 18 0 commentaire
La réduction des transfusions sanguines  : un enjeu de santé publique.

La réduction des transfusions sanguines : un enjeu de santé publique.

Un panel d’experts jugeait déjà en 2011[1] que 59% des transfusions étaient jugées a posteriori inappropriées et 29% d’une utilité « incertaine ». La réduction des transfusions est donc une nécessité. Le concept de  « gestion personnalisée du capital sanguin » (Patient Blood Management – PBM en anglais) –  a donc émergé dans ce but il y a une dizaine d’années.  

 

Cette gestion est une démarche d’amélioration de la qualité et de la pertinence des soins. Elle nécessite une organisation permettant d’optimiser la prise en charge des patients devant subir une opération chirurgicale à haut risque de perte sanguine pour ne transfuser que ceux qui en ont besoin et réduire les risques associés. Les produits sanguins sont rares, précieux et chers, avec des risques de pénuries importants. En France, on estime à 200M€ les économies potentielles pour l’Assurance Maladie. Cette gestion du sang est recommandée par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), les agences de régulation sanitaire de nombreux pays, les sociétés savantes internationales concernées et par la Commission européenne.

 

Les programmes de PBM se développent dans de nombreux pays. Cependant, la France accuse un retard manifeste dans ce domaine. Pendant plusieurs mois, un comité d’experts représentatif de 7 sociétés savantes[2] s’est penché sur le sujet. Un livre blanc[3] publié à l’occasion de la journée « Gestion personnalisée du capital sanguin en péri-opératoire », organisée le 13 décembre à l’Académie de Médecin rassemble leurs réflexions et préconisations.  Ce livre blanc prend en compte les données et enseignements des pratiques de gestion du sang réalisé au sein d’Elsan, groupe leader de l’hospitalisation privée en France regroupant 120 établissements qui accueillent chaque année plus de deux millions de patients.

 

Il n’existe pas encore de programme national pour épargner le sang mais Elsan, en tant qu’acteur responsable de santé, encourage cette démarche auprès des médecins de ses établissements.

 

« Par exemple, les praticiens de la Polyclinique de Poitiers gèrent le capital sanguin pour la mise en place de prothèses totales de hanche et de prothèses totales de genou. Grâce à cette gestion du sang pour ces opérations, le taux de transfusion est passé de 15% à 2% en trois ans.» comme en témoigne le Dr Eric Le Pelley, anesthésiste réanimateur à la Polyclinique de Poitiers,  un médecin engagé depuis plus de 10 ans au sein de son établissement pour diminuer les transfusions.

 

Le PBM est la combinaison innovante d’une approche scientifique et d’une approche organisationnelle, ancrée dans le travail d’équipe. Quand elle est appliquée, elle permet de réduire concrètement les quantités de sang transfusé, les durées d’hospitalisation et elles minimisent les risques pour le patient.

 

[1] 2011 – Transfusion Medicine Reviews

 

[2]   Sociétés savantes représentées : SFAR (Société française d’anesthésie et de réanimation), la SOFCOT (Société française de chirurgie orthopédique et traumatologique), la SFBC (Société française de biologie clinique), la SFCTCV (Société française de chirurgie thoracique et cardio-vasculaire), la SFVTT (Société française de vigilance et de thérapeutique transfusionnelle), GRACE (Groupe francophone de réhabilitation améliorée après chirurgie) et le GFHT (Groupe français d’études sur l’hémostase et la thrombose).

[3] Avec le soutien institutionnel de Vifor France, Fresenius Kabi, Masimo, Octapharma et Werfen ; Ces entreprises n’ont pas été impliquées dans la rédaction du Livre blanc et n’en ont pas influencé le contenu. [j ne souhaite pas mettre les noms]

 


Ajouter un commentaire

Ajouter un message

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

 

Partager cet article avec un ami

Ce champ est obligatoire

Adresse e-mail invalide

Ce champ est obligatoire

Adresse e-mail invalide

Ce champ est obligatoire

 

Votre message a bien été envoyé.