05 JUIL 16 0 commentaire
Le cancer du poumon opéré sans ouvrir le thorax

Le cancer du poumon opéré sans ouvrir le thorax

Moins invasive, la chirurgie vidéo-assistée permet d’extraire une tumeur sans découper la cage thoracique. Elle est pratiquée dans deux cliniques, à Brest et Quimper.

 

L‘initiative

La chirurgie vidéo-assistée est une nouvelle technique pour traiter le cancer du poumon. Elle permet d’extraire une tumeur sans découper la cage thoracique. Au lieu d’ouvrir le thorax, on réalise trois petites incisions dans lesquelles on introduit une caméra vidéo et différents outils. Un travail minutieux permet ensuite de prélever un morceau du poumon touché et de le retirer du corps par les incisions. Cette technique est indiquée pour des tumeurs localisées de moins de 3 cm.

 

Moins douloureux

Avec cette chirurgie moins invasive, plus besoin d’écarter des côtes, de couper des muscles ou des nerfs. Les douleurs postopératoires sont réduites. Et le rétablissement plus rapide. Pour soulager les douleurs, la péridurale est utilisée au lieu de la morphine. Dès le lendemain, le patient remarche, ce qui réduit les risques de complication de moitié. Il gagne deux à trois jours d’hospitalisation. Et peut poursuivre rapidement les traitements par une radiothérapie ou chimiothérapie.

 

Jusqu’à récemment, la chirurgie vidéo-assistée n’était pratiquée qu’à Rennes et Nantes. Elle l’est depuis deux ans par les quatre chirurgiens thoraciques privés du Finistère, qui sont « à la pointe dans ce domaine » : Nicolas Salley et Christophe Lancelin à la clinique du Grand-Large, à Brest ; Jean-Louis Fasquel et Antoine Paumier, à la Polyclinique Quimper-Sud. Ils ont créé une fédération, informelle, de chirurgie thoracique finistérienne. Pour ces praticiens, dont certains se connaissent depuis la faculté, c’est l’occasion d’un « partage d’expériences et de nouvelles technologies ».

 

250 patients en Finistère

Chaque année, entre 35 000 et 40 000 nouveaux cas de cancers du poumon sont déclarés. Le tabagisme en est la cause principale. C’est le premier cancer en termes de mortalité.

 

Il touche surtout les hommes, entre 55 et 65 ans. Mais, en vingt ans, il a triplé chez les femmes. Et 25 % des moins de 18 ans fument. Cette maladie silencieuse est souvent diagnostiquée à un stade très, voire trop, avancé. Il n’existe pas de dépistage précoce comme pour le cancer colorectal.

 

Les chimiothérapies ou la radiothérapie permettent des rémissions temporaires. « Pour une guérison, la chirurgie reste le traitement de référence. Les chances de survie évoluent entre 25 et 70 %, selon l’état de la tumeur », expliquent les chirurgiens. Chaque semaine, à Brest et Quimper, des réunions de concertation pluridisciplinaires réunissent les praticiens du privé et du public pour décider des traitements.

 

Mais moins de 25 % des malades peuvent être opérés. Soit 150 patients par an à la clinique du Grand-Large et 100 à la Polyclinique de Quimper. La chirurgie vidéo assistée représente 20 % des actes de chirurgie de cancer du poumon des deux établissements. L’arrivée prochaine de la vision en 3D facilitera les gestes des chirurgiens.

 

© Ouest-France – 29-06-16 – Par Laurence Guilmo

Ajouter un commentaire

Ajouter un message

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

 

Partager cet article avec un ami

Ce champ est obligatoire

Adresse e-mail invalide

Ce champ est obligatoire

Adresse e-mail invalide

Ce champ est obligatoire

 

Votre message a bien été envoyé.

Vedici & Vitalia

Naissance d’un leader de santé

Les groupes Vedici et Vitalia se sont rapprochés pour donner naissance à un leader de santé, présent dans l’ensemble des métiers de l’hospitalisation de courte durée.

A travers ses implantations, aussi bien dans les métropoles que dans les villes moyennes, au plus près des besoins des français, le Groupe contribuera ainsi à leur libre choix d’accès à la santé, en soignant plus de 1.200.000 patients par an (30.000 naissances, 310.000 passages aux urgences dans 16 services d’urgences autorisés, 28.000 patients pris en charge en cancérologie et 170.000 séances de dialyse).

Le rapprochement des deux groupes, projet structurant et de long terme, est porté par les Dirigeants-Fondateurs de Vedici et accompagné par CVC capital partners, son partenaire et investisseur de référence, ainsi que par Icade Santé, filiale immobilière du Groupe Caisse des Dépôts et Consignations et d’investisseurs institutionnels français de premier rang.

Les 14.000 collaborateurs et 3.200 médecins, attentifs à la personne et à la qualité des soins, prendront en charge les patients au sein des 81 établissements du groupe, dont 66 établissements MCO (Médecine, Chirurgie et Obstétrique). Ce nouvel ensemble représentera un chiffre d’affaires consolidé de 1,2 milliards d’euros et 12% de l’activité de l’hospitalisation privée en France.

Dans un contexte économique durablement contraint, le rapprochement des deux groupes permettra de mutualiser les savoir-faire et les moyens, d’augmenter les capacités d’investissements, contribuant ainsi à la pérennité de notre système de santé.

D’ici quelques semaines, le groupe dévoilera sa nouvelle identité, porteuse des valeurs d’exigence, d’innovation, de proximité et d’engagement de ce nouveau leader de la santé.

Découvrez le groupe Vedici