05 AVR 16 0 commentaire
Les Cèdres toujours aux côtés du CABCL

Les Cèdres toujours aux côtés du CABCL

Implantée au coeur de Tujac, la clinique des Cèdres, où plus de 500 personnes travaillent, compte parmi les plus grosses entreprises de Brive. Rester ou partir ? Un temps, la question s’est posée. «Mais, excepté le problème du stationnement qu’il faudra régler, nous sommes finalement pas mal placés et participons à l’équilibre économique de ce quartier dans lequel nous nous sentons bien», pose la directrice Isabelle Bielli-Nadeau.

Avec ses 15 000 patients hospitalisés chaque année, la clinique touche une partie de la Dordogne, du Sarladais, le nord du Lot mais encore les zones frontalières comme Lubersac et Ussel ; et «on couvre même tout le département sur certaines pathologies».
Parmi les pôles les plus importants de l’établissement privé, on peut citer l’orthopédie et l’uro-viscéral, une grosse activité sur l’ophtalmologie et la cancérologie : «Aujourd’hui, nous avons un plateau d’imagerie aussi important que le CH de Limoges avec toute la médecine nucléaire, des gamma-caméras et tep scan pour détecter les toutes petites tumeurs et métastases. La clinique offre aussi un gros laboratoire d’analyses ainsi que, depuis septembre, un service de médecine polyvalente et gériatrie.»
Autre fait notable, la création en janvier 2011 d’urgences libérales avec la maison d’aide aux diagnostics ouverte de 8h à 20h, 365 jours par an et dont la superficie va être prochainement triplée : «Il est temps, on enregistre 15 000 passages par an.»

Un bon bilan en somme pour cet établissement qui a fêté ses 40 ans en 2013 et qui continue de grandir et de se développer ; et ce, dans un contexte pourtant contraint. «Les gentillesses de notre ministère qui nous étrangle (…). On a dû optimiser les ressources humaines et serrer les boulons de partout. Jusqu’où va-t-on tendre le système privé ? Car on doit continuer à fournir une prise en charge humaine et de qualité.» Et la directrice de pointer « le nombre d’établissements privés divisé par deux en 10-15 ans. Or un pôle privé-public sur un territoire est un vrai atout économique et c’est positif en terme d’attractivité. » A fortiori lorsque la denrée médicale se fait rare sur certaines spécialités. «On est obligé d’aller chercher des médecins, de les convaincre, les séduire.» Et à ce jeu-là, outre le carrefour autoroutier et la qualité de vie, la truffe et le foie gras sur le marché chanté par Brassens, la Foire du livre et le CABCL* sont des alliés de taille. «D’ailleurs, le lundi midi, le grand sujet de conversation des médecins de la clinique, c’est le CAB !» (…)

* C.A. Brive Corrèze Limousin Rugby Association

© La vie Corrézienne – 11-03-16

Ajouter un commentaire

Ajouter un message

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

 

Partager cet article avec un ami

Ce champ est obligatoire

Adresse e-mail invalide

Ce champ est obligatoire

Adresse e-mail invalide

Ce champ est obligatoire

 

Votre message a bien été envoyé.

Partager la carte de voeux avec un ami

Ce champ est obligatoire

Adresse e-mail invalide

Ce champ est obligatoire

Adresse e-mail invalide

Ce champ est obligatoire

 

Votre message a bien été envoyé.