08 FéV 17 0 commentaire
Montagard en pointe sur l’opération du genou

Montagard en pointe sur l’opération du genou

La clinique avignonnaise traite ses patients comme tout sportif de haut niveau.

 

Au pôle de chirurgie du genou du Centre Chirurgical Montagard à Avignon, le chirurgien orthopédiste Xavier Copin se prépare à opérer. Son patient est un homme d’environ 40 ans, victime d’une rupture des ligaments croisés due à une chute dans les escaliers.

 

Ce patient pourra remarcher dès le soir et n’aura aucune trace de l’opération. Le docteur Copin traite ses patients comme tout sportif de haut niveau, plus fréquemment victime de ce genre de blessures. Il fait frais dans le bloc opératoire. L’opération durera environ 30 minutes. Le patient est sous anesthésie générale. Son genou droit blessé, orangé par la bétadine, est la seule partie découverte.

 

La jointure sera seulement percée de trois petits trous, assez grands pour laisser passer le fibroscope. Cette caméra ultrafine servira d’œil au chirurgien afin de se diriger à l’intérieur du genou du patient. Pour y voir clair, le genou est drainé par une injection d’eau. Le docteur Copin peut ainsi commencer à percer l’os du fémur et celui du tibia. L’objectif est de remplacer le ligament croisé rompu par un tendon prélevé sur le même genou. Le tendon sera ainsi fixé par deux embouts, directement dans les os préalablement percés. Aussi simple que cela.

 

2 500 patients en 2016

La clinique d’Avignon a pour ambition de devenir incontournable dans le traitement des blessures du genou. Cela fait 5 ans que l’établissement a mis ce pôle en place. En 2016, les cinq chirurgiens de la clinique ont traité 2 500 patients. Un chirurgien lyonnais, Alexandre Di Iorio, vient agrandir l’équipe cette année, après avoir été formé dans le prestigieux pôle spécialisé dans le genou à Lyon.

 

En pleine saison de ski, la clinique vient également d’ouvrir une  » urgence genou « . L’objectif est de faciliter la prise en charge des patients.

 

Ce qui fait le succès du traitement à Montagard, « c’est la prise en charge globale du patient. » Les chirurgiens s’adaptent à son âge, son activité physique ainsi que le type de lésion dont il est atteint. Un bilan est établi, puis le patient passe un IRM (Imagerie par Résonance Magnétique).

 

Des tests sont ainsi passés pour préparer à l’opération. Suite à cela, le patient passe une nouvelle série de tests auprès d’un kiné. La douleur est évaluée lorsque le patient se met à marcher.

 

Il est ensuite suivi entre 6 à 8 mois afin de retrouver l’entier usage de sa jambe et être sûr qu’il n’y aura aucun imprévu. Dans 6 mois, le patient ressortira de sa blessure sans cicatrice, prêt à courir. Sa rupture du ligament croisé ne sera plus qu’un lointain souvenir.

 

© La Provence – 07-02-17 – Par Sarah BELIEN

Ajouter un commentaire

Ajouter un message

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

 

Partager cet article avec un ami

Ce champ est obligatoire

Adresse e-mail invalide

Ce champ est obligatoire

Adresse e-mail invalide

Ce champ est obligatoire

 

Votre message a bien été envoyé.