28 MAI 14 0 commentaire
Paru dans la Nouvelle République le 28 mai 2014 – Prostate opérée au laser : première dans le département

Paru dans la Nouvelle République le 28 mai 2014 – Prostate opérée au laser : première dans le département

Châteauroux. Pour la première fois dans le département, des patients de la clinique Saint-François ont bénéficié du laser pour leur opération de la prostate.

En attente. Prêt. Vaporisation, annonce une voix synthétique. Les tubes, écrans et visages présents dans le bloc opératoire s’illuminent de vert. Sur la table, un octogénaire « inopérable autrement parce qu’on a peur qu’il saigne et que son cœur lâche, explique le docteur Christian Haringanji, urologue à la clinique Saint-François, à Châteauroux, où une douzaine d’opérations pour ce type de pathologie ont lieu chaque semaine. Avec cette technique, ça va bien se passer et il sera susceptible de sortir demain. »

 

Moins de risques

Utilisée avec succès depuis plusieurs années pour traiter des hypertrophies bénignes de la prostate, elle n’était pas encore disponible dans l’Indre. « Beaucoup de patients quittaient le département pour en bénéficier, explique Philippe Guibon, directeur de la clinique. Nous allons l’avoir sur place maintenant. » « Le laser, c’est un peu l’avenir par rapport aux techniques d’avant, ajoute le docteur Pierre-François Gerbaud. Les durées d’hospitalisation sont plus courtes, il y a moins de saignements, de complications. Dans l’Indre, on est confrontés à des populations très fragiles, notamment sur le plan cardiovasculaire ; pour certains, on renonçait à une intervention à cause de ces pathologies associées. »

 

L’intervention est courte et ne laisse aucune cicatrice. Le laser et une caméra sont simplement introduits par les voies naturelles, sous anesthésie. Le professeur Franck Bruyère, chirurgien urologue au CHRU de Tours, auteur notamment d’une greffe de rein par robot, à l’automne dernier – une première en France -, l’utilise depuis plusieurs années. Il était présent, jeudi dernier, pour assister les praticiens castelroussins.

 

« Les troubles urinaires chez l’homme sont fréquents; en vieillissant, la prostate gonfle et tous finissent par être gênés. Aujourd’hui, nous avons un gros problème : parce que les gens ont des problèmes cardiaques, on leur pose des stents, ils sortent avec des traitements anticoagulants et ont donc des risques de saignement s’ils se font opérer. Par rapport à la technique que nous utilisions avant, le laser nous apporte des avantages majeurs. Même les gens qui ont des risques de saignement, nous pouvons les opérer. Il faut avoir cette technique dans son arsenal. Elle ne présente que des bénéfices pour le malade. » « Ça nous permet d’élargir les indications, conclut Christian Haringanji. Ceux qui ne sont pas opérables, qui sont dans les maisons de retraite ou de repos, sont ainsi sevrés de leurs sondes et sont autonomes sur le plan urinaire; c’est un bénéfice assez extraordinaire. »

 

Dans trois à quatre mois, la technique sera également étendue au traitement des calculs rénaux.

 

© La Nouvelle République – 28-05-14 – Thierry Roulliaud

Ajouter un commentaire

Ajouter un message

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

 

Partager cet article avec un ami

Ce champ est obligatoire

Adresse e-mail invalide

Ce champ est obligatoire

Adresse e-mail invalide

Ce champ est obligatoire

 

Votre message a bien été envoyé.

Vedici & Vitalia

Naissance d’un leader de santé

Les groupes Vedici et Vitalia se sont rapprochés pour donner naissance à un leader de santé, présent dans l’ensemble des métiers de l’hospitalisation de courte durée.

A travers ses implantations, aussi bien dans les métropoles que dans les villes moyennes, au plus près des besoins des français, le Groupe contribuera ainsi à leur libre choix d’accès à la santé, en soignant plus de 1.200.000 patients par an (30.000 naissances, 310.000 passages aux urgences dans 16 services d’urgences autorisés, 28.000 patients pris en charge en cancérologie et 170.000 séances de dialyse).

Le rapprochement des deux groupes, projet structurant et de long terme, est porté par les Dirigeants-Fondateurs de Vedici et accompagné par CVC capital partners, son partenaire et investisseur de référence, ainsi que par Icade Santé, filiale immobilière du Groupe Caisse des Dépôts et Consignations et d’investisseurs institutionnels français de premier rang.

Les 14.000 collaborateurs et 3.200 médecins, attentifs à la personne et à la qualité des soins, prendront en charge les patients au sein des 81 établissements du groupe, dont 66 établissements MCO (Médecine, Chirurgie et Obstétrique). Ce nouvel ensemble représentera un chiffre d’affaires consolidé de 1,2 milliards d’euros et 12% de l’activité de l’hospitalisation privée en France.

Dans un contexte économique durablement contraint, le rapprochement des deux groupes permettra de mutualiser les savoir-faire et les moyens, d’augmenter les capacités d’investissements, contribuant ainsi à la pérennité de notre système de santé.

D’ici quelques semaines, le groupe dévoilera sa nouvelle identité, porteuse des valeurs d’exigence, d’innovation, de proximité et d’engagement de ce nouveau leader de la santé.

Découvrez le groupe Vedici