25 MAR 15 0 commentaire
Paru dans la Voix du Nord – La Clinique du Cambrésis participe à un programme mondial de recherche

Paru dans la Voix du Nord – La Clinique du Cambrésis participe à un programme mondial de recherche

La Clinique du Cambrésis a participé à un programme international de recherche encadré par l’Organisation mondiale de la santé (OMS). En France, seuls huit établissements y ont contribué. L’étude débouchera sur de nouvelles recommandations en matière de sécurité tout au long de la prise en charge des patients.

 

La Clinique du Cambrésis est le seul établissement privé français à avoir participé au projet international High’5s (les cinq prioritaires), organisé par l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Ce programme a pour but d’améliorer encore la sécurité des patients grâce à des procédures « standardisées » comme la check-list. L’établissement cambrésien du groupe de santé Vitalia avait répondu fin 2006 à un appel à projet « Nous sommes toujours a l’affût d’études ou enquêtes pour améliorer la prise en charge de nos patients », rappelle le directeur Kami Mahmoudi. L’étude a duré quatre ans, de juillet 2010 à l’été passé. Le rapport définitif devrait être rendu public prochainement. Cette étude aura été développée dans huit pays, des plus puissants (Australie, Allemagne, Etats-Unis) aux plus modestes (Singapour, Trinité-et-Tobago). Même disparité au sein des huit participants français, avec d’énormes structures telles que les hôpitaux de Lyon, Toulouse ou Nice. Et un Petit Poucet, notre Clinique du Cambrésis, « seul établissement privé et seul qui n’est pas un centre hospitalier » Pourquoi un tel choix ? « L’OMS a sûrement trouvé intéressant de faire l’étude dans un établissement de petite taille, avec une structure d’activité très programmée et donc facilement organisable. »

 

Des mesures préventives essentielles

Dans le cadre du projet High’5s, l’OMS a fait évoluer les protocoles liés à la check-list (série de vérifications systématiques, obligatoires en France lors de chaque intervention chirurgicale) : des mesures préventives essentielles ont été ajoutées pendant la période préopératoire « dès la décision d’intervention lors de la consultation avec le chirurgien jusqu’au moment de l’incision. » Les évaluations par les hôpitaux ont été remontées mensuellement à l’OMS.

En marge de la fierté d’avoir participé à ce travail, une reconnaissance du sérieux de sa clinique, le directeur se félicite de « l’organisation hautement fiable » mise en place et donc, de son « avance acquise en matière de sécurité de la prise en charge des patients». L’étude est à ce jour terminée, mais les habitudes vertueuses adoptées au cours d’High’5s ont été gardées à Cambrai. Bientôt, l’OMS diffusera à la communauté mondiale ses recommandations pour améliorer la sécurité des patients. Et ce sera (un peu) grâce au Cambrésis ! Cocorico !

 

© La Voix du Nord – 20-03-15 – Par Bruno Demeulenaere

 

Ajouter un commentaire

Ajouter un message

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

 

Partager cet article avec un ami

Ce champ est obligatoire

Adresse e-mail invalide

Ce champ est obligatoire

Adresse e-mail invalide

Ce champ est obligatoire

 

Votre message a bien été envoyé.