04 JUIN 14 0 commentaire
Paru dans La Voix du Nord – Le matin au bloc, le soir chez soi : l’opération de la hanche vit une révolution

Paru dans La Voix du Nord – Le matin au bloc, le soir chez soi : l’opération de la hanche vit une révolution

Il y a une quinzaine d’années, la pose d’une prothèse de hanche imposait une quinzaine de jours à l’hôpital au patient. Jeudi 22 mai, la clinique du Cambrésis a réalisé pour la première fois dans la région cette opération en ambulatoire.

 

Autissier

7h30. Les infirmières ainsi que l’anesthésiste de la clinique du Cambrésis préparent le bloc et le patient pour son opération : la pose d’une prothèse de hanche par voie antérieure mini invasive. Dans à peine une heure, la tête fémorale atteinte par de l’arthrose ou une nécrose sera retirée pour être remplacée par de la céramique. Une opération qui ne durera qu’une petite heure, mais qui est loin d’être anecdotique dans sa réalisation. Marteau, scie à os, fraiseuse… Le matériel installé sur les tables, plutôt lourd, se rapproche plus de l’attirail du bricoleur que du classique bistouri. Pourtant, malgré l’apparente brutalité des gestes du chirurgien spécialiste de la hanche, Guillaume Autissier – « car pour cette opération lourde, il faut savoir alterner la précision avec une certaine fermeté » – le patient, casque aux oreilles et partiellement anesthésié, sait qu’il pourra sortir le soir même. Retrouver son lit et non une chambre d’hôpital vers 18 heures, une fois entièrement réveillé de l’opération et après avoir fait son premier lever en compagnie du docteur. Une pratique en ambulatoire de cette pose de prothèse encore impensable il y a une dizaine d’années, avant que le pas ne soit franchi ce jeudi 22 mai, en première régionale, à la clinique du Cambrésis (la première nationale a eu lieu en décembre 2012 a Bayonne).

 

Loin d’être abandonné à son sort. « Le suivi du patient est fait par une hospitalisation à domicile et permet aussi de limiter les risques d’infections nosocomiales », souligne le chirurgien. L’opéré ne met que quelques jours à pouvoir pleinement reprendre ses activités, monter un escalier, conduire. « Nous avions la technique et les outils pour permettre une pratique en ambulatoire dans certains cas, il ne manquait que l’autorisation de le faire. » Une autorisation qui pourrait permettre aux patients (une quinzaine concernés pour Guillaume Autissier dans l’année) de se rétablir directement à leur domicile. Une petite révolution.

 

 

UNE DEMANDE DES PATIENTS

« J’avais de l’appréhension mais ce n’est que du bonheur. » Voila les premiers mots d’une patiente de 46 ans, opérée de la hanche vendredi, à son chirurgien, le spécialiste de la hanche Guillaume Autissier, le soir même. Pour elle, pas question de sortir directement. La raison : elle vit seule. Un critère éliminatoire pour que l’opération se pratique en ambulatoire. « Sinon je le faisais », souligne-t-elle avant d’ajouter « avoir très bien vécu l’opération. J’étais arrivée à un stade où ma jambe se bloquait ». Capable de se tenir debout et de bouger sa jambe à peu près normalement, malgré la douleur, la patiente devrait rester deux jours à la clinique avant de pouvoir retourner chez elle.

« C’est pour répondre à la demande des patients, à leur exigence, que l’opération peut se faire en ambulatoire quand les conditions sont réunies », précise le chirurgien. Ainsi, outre la nécessité de ne pas vivre seul, le patient ne doit pas avoir d’antécédents comme des problèmes cardiaques, etc. « Et même quand les conditions sont réunies certains préfèrent rester en chambre que de rentrer chez eux. Car la dernière condition est bien entendu le volontariat » Avant de réaliser la première pose de prothèse de la hanche en ambulatoire de la région, Guillaume Autissier a ainsi fait face à deux refus. La troisième proposition fut la bonne. Et d’après le chirurgien, qui a revu son patient mercredi, soit une semaine après la pose de la prothèse, pour lui aussi tout se passe bien.

 

© La Voix du Nord – 01-06-14 – Par Camil Ioos

 

Ajouter un commentaire

Ajouter un message

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

 

Partager cet article avec un ami

Ce champ est obligatoire

Adresse e-mail invalide

Ce champ est obligatoire

Adresse e-mail invalide

Ce champ est obligatoire

 

Votre message a bien été envoyé.

Partager la carte de voeux avec un ami

Ce champ est obligatoire

Adresse e-mail invalide

Ce champ est obligatoire

Adresse e-mail invalide

Ce champ est obligatoire

 

Votre message a bien été envoyé.