15 OCT 14 0 commentaire
Paru dans la Voix du Nord – Le service de radiologie de la clinique de Saint-Omer s’étend

Paru dans la Voix du Nord – Le service de radiologie de la clinique de Saint-Omer s’étend

La Clinique de Saint-Omer, à Blendecques, s’était agrandie en 2011. Trois ans plus tard, un nouveau projet d’extension voit le jour : le service de radiologie s’étend. L’établissement privé voit également enfin poindre le projet de maison médicale qu’elle appelle de ses vœux depuis 2005.

 

Le service de radiologie de la Clinique de Saint-Omer s’agrandit. Son extension se prépare à l’arrière de la clinique, dans le prolongement de l’actuelle unité. Le cabinet de radiologie, qui se partage entre son site en centre-ville de Saint-Omer et l’établissement privé, dispose à Blendecques de deux salles de radiologie, une d’échographie et le scanner et accueille principalement les patients de la clinique. Il emploie cinq radiologues. Sur le site blendecquois, il est locataire. Demain, il sera propriétaire de son unité.

 

Son équipe sera réunie sur un même plateau technique. « Nous profiterons d’une meilleure gestion du personnel, explique le cabinet. Nous sommes à l’étroit en centre-ville et nous ne pouvons pas réaliser les aménagements de mise aux normes d’accès aux personnes à mobilité réduite. » David Fleyrat, le directeur de la clinique,  y voit l’opportunité de « faciliter la vie de la patientèle, en termes d’accès et de stationnement ». Toutefois, la radiologie installée en ville depuis près de 40 ans s’éloigne de ses patients du centre qui pouvaient s’y rendre à pied. « Nous nous sommes posé la question, confirme le cabinet, mais la clinique est desservie par le bus. » Le directeur annonce le début des travaux pour ce mois-ci. Le service de radiologie devrait s’installer dans ses nouveaux locaux dans deux ans.

 

2016 est également la date programmée d’entrée en fonction de la maison médicale. Un projet évoqué depuis près de 10 ans. Sur 15 000 m², en face du bâtiment principal, le « médipôle » hébergera un laboratoire d’analyse médicale (prélèvements et analyses), des kinésithérapeutes, des chirurgiens-dentistes. Des cabinets seront aussi réservés à des professionnels de santé indépendants. Pour David Fleyrat, c’est là encore une chance de « faciliter la vie des patients » et d’attirer de nouveaux praticiens. Le permis d’aménager a été obtenu. Mais des fouilles doivent être réalisées sur le site.

 

Travailler avec le CHRSO pour séduire des médecins

David Fleyrat, directeur de la clinique depuis un an, s’est rapproché du centre hospitalier de la région de Saint-Omer (CHRSO) pour tisser des liens. « Les conventions (de partenariat) datent, il fallait les remettre à jour et en développer de nouvelles », explique-t-il.

Pour le patient, quel changement ? « Par exemple, nous avons une importante activité d’orthopédie, purement chirurgicale. Le CHRSO possède un superbe centre de soin et de réadaptation. Une personne opérée de la hanche ici pourra profiter de l’accompagnement à la rééducation là-bas. Nous développons une vraie file active avec l’hôpital qui n’existait pas avant. »

 

Des passerelles

Les deux structures coopèrent déjà à travers un partage d’équipe : ainsi, les radiologues de la clinique contribuent au fonctionnement du service du CHRSO et de l’IRM. Autre passerelle, l’établissement privé qui ne possède pas de service de réanimation peut envoyer ses patients à Helfaut. Par la suite, elle envisage de créer un lien avec l’équipe mobile de soins palliatifs du centre hospitalier. « Notre vision est un peu novatrice, souligne David Fleyrat. Nous ne sommes pas dans un clivage privé-public, nous ne fonctionnons pas en pré carré. Nous voulons apporter une réponse homogène aux besoins de la population. Nous travaillons sur une notion de territoire de santé, avec à la fois une offre privée et une offre publique. Nous devons dynamiser nos forces. Le CHRSO a des points forts, nous aussi, mettons-les en avant pour être efficaces. »

 

Le directeur y voit un autre atout non négligeable : une chance d’attirer de nouveaux professionnels. « Notre zone possède peu de médecins, et de chirurgiens de surcroît. Il est difficile de faire venir de nouveaux praticiens. On pourrait leur donner la possibilité d’une double activité : en public et en libéral, à la clinique. »

 

Repères

La clinique, rachetée par le groupe Vitalia en 2007, compte 86 lits d’hospitalisation et trente places en ambulatoire. Elle emploie 180 salariés et une quarantaine de praticiens y exercent (anesthésistes, orthopédistes, urgentiste, chirurgien maxillo-faciale, neurologue, urologues, chirurgiens digestifs, podologue, et ceux qui viennent consulter à la clinique : cardiologues, oncologue, gastro-entérologue, ORL, ophtalmologues, dentistes, stomatologue). La clinique enregistre 14 000 interventions par an dont 60 % en ambulatoire.

 

David Fleyrat est à sa tête depuis un an. Après des études en commerce et gestion internationale, il s’est dirigé dans le milieu de la santé. Avant d’arriver dans l’Audomarois, il dirigeait une clinique à Douai. Ce qui l’a attiré à Saint-Omer ? « Tous ces projets (lire ci-dessus) et il y a un vrai intérêt à bâtir une offre pluridisciplinaire dans l’Audomarois. »

 

© La Voix du Nord – 13-10-14 – Par  Marie JANSANA

 

Ajouter un commentaire

Ajouter un message

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

 

Partager cet article avec un ami

Ce champ est obligatoire

Adresse e-mail invalide

Ce champ est obligatoire

Adresse e-mail invalide

Ce champ est obligatoire

 

Votre message a bien été envoyé.

Vedici & Vitalia

Naissance d’un leader de santé

Les groupes Vedici et Vitalia se sont rapprochés pour donner naissance à un leader de santé, présent dans l’ensemble des métiers de l’hospitalisation de courte durée.

A travers ses implantations, aussi bien dans les métropoles que dans les villes moyennes, au plus près des besoins des français, le Groupe contribuera ainsi à leur libre choix d’accès à la santé, en soignant plus de 1.200.000 patients par an (30.000 naissances, 310.000 passages aux urgences dans 16 services d’urgences autorisés, 28.000 patients pris en charge en cancérologie et 170.000 séances de dialyse).

Le rapprochement des deux groupes, projet structurant et de long terme, est porté par les Dirigeants-Fondateurs de Vedici et accompagné par CVC capital partners, son partenaire et investisseur de référence, ainsi que par Icade Santé, filiale immobilière du Groupe Caisse des Dépôts et Consignations et d’investisseurs institutionnels français de premier rang.

Les 14.000 collaborateurs et 3.200 médecins, attentifs à la personne et à la qualité des soins, prendront en charge les patients au sein des 81 établissements du groupe, dont 66 établissements MCO (Médecine, Chirurgie et Obstétrique). Ce nouvel ensemble représentera un chiffre d’affaires consolidé de 1,2 milliards d’euros et 12% de l’activité de l’hospitalisation privée en France.

Dans un contexte économique durablement contraint, le rapprochement des deux groupes permettra de mutualiser les savoir-faire et les moyens, d’augmenter les capacités d’investissements, contribuant ainsi à la pérennité de notre système de santé.

D’ici quelques semaines, le groupe dévoilera sa nouvelle identité, porteuse des valeurs d’exigence, d’innovation, de proximité et d’engagement de ce nouveau leader de la santé.

Découvrez le groupe Vedici