01 OCT 14 0 commentaire
Paru dans La Voix du Nord – Nouvelle première médicale régionale à la clinique du Cambrésis

Paru dans La Voix du Nord – Nouvelle première médicale régionale à la clinique du Cambrésis

Après la hanche en mai, c’est cette fois la pose d’une prothèse de genou en ambulatoire qui a été réussie la semaine dernière à la clinique du Cambrésis, à Cambrai. La patiente, une Cambrésienne de 77 ans, et son chirurgien orthopédiste, le Dr Guillaume Autissier, sont ravis du résultat.

 

CAMBRAI. C’est sans canne que Claudine est venue à la clinique du Cambrésis pour témoigner de son opération du genou, une dizaine de jours plus tôt.

L’équipe du Dr Guillaume Autissier lui a posé une prothèse en ambulatoire, c’est-à-dire qu’elle est passée au bloc le matin… et est rentrée chez elle le soir même.  «C’est moi qui l’ai demandé », tient à préciser la Cambrésienne, une septuagénaire décidée. Etre volontaire à l’ambulatoire, c’est en effet une condition sine qua non (il en existe quelques autres) pour bénéficier d’une telle démarche.

La même équipe avait déjà réalisé, en mai, la pose d’une prothèse de hanche en ambulatoire (notre édition du 1er juin) : comme pour cette fois-ci, il s’agissait d’une première médicale au niveau régional, voire même au nord de Paris. « La prise en charge pour le genou est plus complexe que pour la hanche : elle nécessite davantage de préparation », résume le chirurgien.

La prise en charge a pour autant été la même que pour les autres patients. En amont, une réunion d’info est organisée, au cours de laquelle les divers intervenants (chirurgien, mais aussi kiné, anesthésiste…) expliquent leur action. Un patient déjà opéré y apporte aussi son témoignage.

 

UNE OPÉRATION RÉDUITE DE 40 %

Une IRM est également pratiquée. Elle permet de réaliser une représentation en 3D du genou et de fabriquer des pièces spécifiques à l’individu : « On connaît à l’avance la taille et la position de la prothèse », indique le Dr Autissier. Cela simplifie sa tâche et « le temps opératoire est réduit de 40 % » (45 mn contre 1h15).

Des efforts ont également été menés au niveau de la prise en charge de la douleur «Je n’ai pas eu mal et je n’ai pas mal », assure Claudine. Ses douleurs d’hier, même celles qui l’empêchaient de dormir ont cessé. « Après l’opération, on m’a donné une pompe à morphine… Je ne l’ai pas utilisée. »

Rentrée chez elle, la patiente a été suivie par une équipe d’hospitalisation à domicile (HAD) : un médecin,  des infirmières … « C’est la clinique qui se déplace chez elle. Elle a eu les mêmes soins que ceux qu’elle aurait eus ici mais chez elle. En totale sécurité. »

 

La chirurgie se métamorphose. « Des gens rechignent à se faire opérer du genou car ils pensent que c’est 10 jours hospitalisé, des mois sans marcher. C’est faux ! On reste sur des idées reçues d’il y a 10 ou 15 ans. » Claudine confirme : « Je ne regrette rien. J’ai marché sans canne dès le lendemain. Et finies les douleurs dans l’escalier ! »

 

En France, le taux de chirurgie ambulatoire (le patient retourne à son domicile le jour même de son opération) est de très loin inférieur à celui de nombreux pays européens : ici, il frise les 40 % (2011), alors qu’il dépasse les 70 % en Europe du Nord. Dans un premier temps, le gouvernement s’est fixé l’objectif de 50 % à l’horizon 2016.

Aujourd’hui, l’hospitalisation pour une prothèse de genou est généralement de trois jours. ll y a peu, c’était une semaine. Pour une hanche, c’est un ou deux jours « Pour la hanche, la marche de l’ambulatoire n’était pas grande, elle l’est plus pour le genou », explique le D Autissier, auteur des deux opérations. « On a réussi, mais toujours dans les règles de sécurité. » ll analyse : « Les prothèses de hanche en ambulatoire se « démocratisent » aujourd’hui. Beaucoup de centres m’appellent pour connaître le protocole ; en revanche, pour le genou, on a vraiment un temps d’avance sur les autres établissements français. »

 

© La Voix du Nord – 29-09-14 – Par Bruno Demeulenaere  

 

Ajouter un commentaire

Ajouter un message

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

 

Partager cet article avec un ami

Ce champ est obligatoire

Adresse e-mail invalide

Ce champ est obligatoire

Adresse e-mail invalide

Ce champ est obligatoire

 

Votre message a bien été envoyé.