15 JAN 18 0 commentaire
Projet médical du centre de cancérologie de la Sarthe

Projet médical du centre de cancérologie de la Sarthe

Depuis mi-2016, la Clinique Victor Hugo (Elsan), le Centre Jean Bernard et le Centre Hospitalier du Mans, conduisent ensemble le projet de constitution d’un Centre de cancérologie de la Sarthe, regroupant leurs activités en matière de prise en charge médicale du cancer.

A l’origine de ce projet, la nécessité pour la Clinique Victor Hugo et le Centre Jean Bernard de relocaliser leurs activités et la volonté partagée des équipes des 3 structures de travailler ensemble autour d’un projet ambitieux : créer un centre d’excellence dans la prise en charge du cancer. L’objectif est de promouvoir une offre de soins alliant proximité et haute technicité au bénéfice des patients sarthois. Le futur ensemble prendra place sur un terrain situé au nord de l’agglomération, à proximité du centre-ville, du tramway et des dessertes routières, situé rue de Degré, en face du Centre Hospitalier.
Après plusieurs mois de réflexion associant responsables médicaux, chefs d’établissement et partenaires, une nouvelle étape va être franchie avec l’envoi à l’Agence Régionale de Santé du projet médical du Centre de cancérologie de la Sarthe. Fondement du projet du centre, celui-ci en définit les principales composantes :
• La construction d’un bâtiment permettant d’accueillir 75 lits d’hospitalisation complète d’oncologie et d’hématologie clinique, répartis en 2 unités de 30 lits et une unité de 15 lits. Ces unités d’hospitalisation auront vocation à prendre en charge les patients nécessitant une chimiothérapie en hospitalisation complète, la gestion des complications, des hospitalisations à visée diagnostique ainsi que des patients en soins palliatifs dont certains en fin de vie. Au total, ces unités d’hospitalisation devraient accueillir près de 3 500 séjours chaque année.
• 60 places d’hôpital de jour : il accueillera aussi bien les patients d’oncologie que d’hématologie et aura vocation à assurer des traitements (délivrance de chimiothérapies, immunothérapies, transfusions et certains gestes techniques) et des prises en charge non thérapeutiques (bilans, soins palliatifs, etc.). Cette activité représentera autour de 55 000 séjours ou séances par an.
• Un secteur de consultations et de soins externes ;
• Un plateau technique de radiothérapie comportant au minimum à terme 5 accélérateurs avec l’objectif de continuer à développer une offre à la pointe des connaissances médicales et des techniques de traitement afin d’offrir la meilleure prise en charge, tout en maintenant son accessibilité à tous.
• Un plateau technique de Médecine Nucléaire commun entre le Centre Jean Bernard et le Centre Hospitalier du Mans, comptant 4 gamma-caméras, 2 TEP Scanners et 2 systèmes d’épreuve d’effort par scintigraphie ;
• Une offre complète de soins de support au bénéfice des patients et de leurs proches, ainsi qu’une offre de soins palliatifs ;
• Une pharmacie à usage intérieur notamment pour assurer la préparation des produits anticancéreux injectables ;
• Des discussions sont en cours avec certains partenaires tels que le groupe Maine Image Santé, qui envisage d’implanter un plateau d’imagerie complet à proximité du centre, ou encore les laboratoires du CHM et de Labomaine pour proposer une offre d’examens de biologie aux patients du centre.
• Des activités de recherche clinique partagées, notamment en matière d’investigation, afin d’améliorer la visibilité de la Sarthe et faciliter l’inclusion des patients dans des essais cliniques de thérapies innovantes ;
• En outre, le projet médical intègre une dimension santé publique, avec le souhait de se doter d’un espace dédié à l’enseignement et à la sensibilisation des professionnels de santé et du grand public sur les thématiques relatives au cancer.
• Enfin, le Centre de cancérologie de la Sarthe ambitionne de développer des modalités de prise en charge et de suivi des patients du territoire par le biais de la télémédecine, à la fois pour renforcer un réseau de partage de connaissance entre professionnels de santé et pour fluidifier le parcours des patients.
L’Agence Régionale de Santé a été tenue régulièrement informée de l’avancée de la réflexion et soutient les partenaires dans leur démarche de coopération.
Cette étape importante étant achevée, le début de l’année 2018 va être consacré à un travail sur les modalités juridiques et financières de la coopération et les projections relatives aux constructions à réaliser afin de pouvoir ensuite envisager le début des travaux en 2019 pour une mise en service en 2021.
Ajouter un commentaire

Ajouter un message

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

 

Partager cet article avec un ami

Ce champ est obligatoire

Adresse e-mail invalide

Ce champ est obligatoire

Adresse e-mail invalide

Ce champ est obligatoire

 

Votre message a bien été envoyé.