25 AVR 17 0 commentaire
Un test non invasif pour dépister la trisomie

Un test non invasif pour dépister la trisomie

Plusieurs  maternités du Groupe Elsan proposent désormais gratuitement le dépistage prénatal non invasif (DPNI), un test génétique innovant pour les femmes enceintes dont le fœtus présente un risque de trisomie 13, 18 ou 21.

 

Il s’agit d’une simple prise de sang chez la mère qui permet de dépister, avec une très faible marge d’erreur, si un fœtus est porteur de la trisomie 21, 13 ou 18. Rapide, fiable et sans danger, le DPNI peut permettre d’éviter l’amniocentèse.

 

Jusqu’à présent, en cas de risques élevés déterminés par l’étude des marqueurs sériques du 1er trimestre, une amniocentèse était proposée pour exclure avec certitude le diagnostic de trisomie 21 (ponction du liquide amniotique). Une opération invasive qui n’est pas anodine pour l’enfant et la mère puisqu’elle entraîne des risques de fausse couche dans 0,5 % à 1 % des cas. « De plus, seulement 5 % des amniocentèses conduisent à confirmer un diagnostic de trisomie. Autrement dit, l’amniocentèse est effectuée 95 fois sur 100 pour rien et entraîne la perte de près de 100 fœtus non atteints par an en France » explique l’un des gynécologues-obstétriciens du Groupe Elsan.

 

Désormais les femmes enceintes chez lesquelles est détecté un risque accru peuvent bénéficier du test de DPNI. Cela représente 5 % des femmes enceintes. « Il peut être effectué tout au long de la grossesse mais ne doit pas être réalisé avant la 10e semaine d’aménorrhée et est recommandé après le dépistage du 1er trimestre (échographie+ marqueurs sériques) si le risque est  élevé »  précise le gynécologue. L’échantillon sanguin est envoyé et analysé dans un laboratoire de référence. « Le médecin reçoit les résultats dans un délai de 7 jours. Un test positif indique une forte suspicion d’atteinte du fœtus par l’une des anomalies recherchées. La maman se verra alors en général proposer une amniocentèse pour confirmer le résultat. Mais pour toutes celles dont le test est négatif, l’amniocentèse est alors évitée. »

 

Un test gratuit (pour les patientes suivies dans les maternités du Groupe Elsan)

Jusqu’à présent, le test de DPNI était payant car non remboursé par la sécurité sociale : les femmes devaient débourser 390€ pour en bénéficier. Un montant considérable ! « De nombreuses femmes n’ont pas accès à ce test pour des raisons financières. Elles réalisaient une amniocentèse en première intention, avec tous les risques que cela représente » explique le gynécologue. Aujourd’hui, l’établissement prend en charge le test intégralement grâce à des subventions d’organismes publics. « Il s’agit d’un véritable progrès de l’offre de soins pour les futurs mamans ».

Ajouter un commentaire

Ajouter un message

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

 

Partager cet article avec un ami

Ce champ est obligatoire

Adresse e-mail invalide

Ce champ est obligatoire

Adresse e-mail invalide

Ce champ est obligatoire

 

Votre message a bien été envoyé.