18 JUIN 16 0 commentaire
Un centre de l’obésité et du surpoids au Pôle de Santé du Villeneuvois

Un centre de l’obésité et du surpoids au Pôle de Santé du Villeneuvois

Composé d’une équipe pluridisciplinaire, il permet de renforcer l’accompagnement des candidats à la chirurgie bariatrique.

Un indice de masse corporelle supérieur à 30, soit l’équivalent d’un poids de 85 kilos pour 1,70 m. L’obésité se résume souvent en chiffres. Elle concerne 15 % de la population adulte et les courbes sont en constante augmentation. « Vu son développement, l’obésité va devenir un enjeu de santé publique, prévient Jean-Marc Coassin, le directeur de la Clinique du PSV. Pas en raison de l’obésité en soi, mais de toutes les maladies chroniques qui lui sont associés. »

 

Comme les grands centres

À Villeneuve-sur-Lot, la chirurgie bariatrique, qui consiste à retirer une partie de l’estomac ou à poser un anneau pour en réduire la capacité, est pratiquée depuis 1997. Des années 2010 à 2015, 700 interventions ont été pratiquées. Depuis l’ouverture du Pôle de santé, le Dr Jean Durou en a réalisé 125 et reçu près du double de potentiels patients. Depuis janvier, le spécialiste n’est plus seul.

Dieudonné Ntirandekura, chirurgien digestif et viscéral, est arrivé en renfort. « Nous sommes le 5e pôle de chirurgie en Aquitaine », relève le directeur du PSV, Bruno Chauvin. Une place que l’établissement entend conforter, en « proposant la même qualité de prise en charge que dans des grandes villes. »

Pour ce faire, un centre de l’obésité et du surpoids a vu le jour en son sein. Il était dévoilé hier, en présence des nombreux professionnels qui interviennent au cours du long parcours d’un an qui sépare les candidats de la chirurgie, reçus avec leur compagne ou compagnon, et continuent pour certains à les suivre après : chirurgiens viscéraux, médecins endocrinologues, nutritionnistes diététiciens, psychologues, kinésithérapeutes, assistantes sociales ou addictologues…

 

Suivi garanti

Depuis janvier, l’association de lutte de l’obésité en Aquitaine (Aloa), qui regroupe d’anciens patients opérés formés à l’éducation thérapeutique, appelés « patients experts », est incluse dans le dispositif. La structure dispose d’un bureau et d’un local mis à disposition par le PSV pour recevoir des personnes en surpoids ou obèses candidates à la chirurgie. « Certains n’entrent pas dans les critères, poursuit le Dr Durou. Il n’est pas question d’opérer des gens qui se trouvent simplement trop gros. Ce centre propose une prise en charge globale. La chirurgie n’est pas une fin en soi, même si elle représente aujourd’hui la solution qui marche le mieux. » Les pathologies liées à l’obésité, diabète et hypertension en tête, s’améliorent aussi.

« Une solution aux effets rapides, poursuit Patricia Nowak, elle-même opérée en 2012. Mais si les patients ne sont pas conscients qu’ils sont atteints d’une maladie chronique, qui nécessitera un changement d’habitudes et un suivi à vie, cela ne marchera pas à long terme. »

 

© Sud Ouest – 1er juin 2016 – Par julien Pellicier

Ajouter un commentaire

Ajouter un message

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

 

Partager cet article avec un ami

Ce champ est obligatoire

Adresse e-mail invalide

Ce champ est obligatoire

Adresse e-mail invalide

Ce champ est obligatoire

 

Votre message a bien été envoyé.