S Clinique de l'Archette : le sport, l'autre thérapie - Elsan
08 OCT 18 0 commentaire
Clinique de l’Archette : le sport, l’autre thérapie

Clinique de l’Archette : le sport, l’autre thérapie

La structure Kinesy propose aux personnes atteintes d’un cancer de retrouver le goût de l’effort grâce à des séances d’activités physiques encadrées.

 

Sur la ligne de départ, dimanche, des Foulées Roses, des femmes diminuées par un cancer. Elles marcheront 3 ou 5,5 kilomètres pour certaines ; 8 pour d’autres. Ce n’est peut-être
qu’un détail pour vous, mais pour elles, ça veut dire beaucoup.

 

« La maladie génère un déficit physique. Elle a un impact psychologique et social important. Les gens peuvent s’isoler, se replier sur eux-mêmes. Ce n’est pas bon », constate Laurent Seguy, kinésithérapeute à la clinique de L’Archette à Olivet.

 

 

« On lutte contre la fatigue »

 

Parce que l’activité physique est l’une des composantes de la guérison, il encadre depuis quatre ans « une structure (Kinesy) de réentraînement à l’effort pour les personnes les plus fragilisées ne se sentant pas capables de pratiquer une activité seule, en raison de la fatigue liée à la chimio. Ce sont les médecins qui leur prescrivent des séances. »

 

Ici, au coeur de la nouvelle salle de L’Archette dans laquelle des appareils ergométriques sont alignés, certaines femmes n’ont jamais pratiqué la moindre activité physique. Pourtant, sur les rameurs ou les tapis de course à pied, elles retrouvent le goût de l’effort. À leur rythme.

 

Elles se rendent à trois séances hebdomadaires personnalisées d’une heure. « On lutte contre la fatigue avec un peu d’endurance à faible intensité. On leur propose des exercices sur le tapis de marche, du vélo… », détaille Laurent Seguy, accompagné de la kinésithérapeute Maryska Kowalik.

 

Autre axe de travail : « La sarcopénie qui est la perte de la masse musculaire en raison de la chimio. Là, on procède à du renforcement musculaire avec des séances plus courtes mais intenses ». Lorsque le programme de réentraînement à l’effort touche à son terme, les patientes sont orientées vers des sections sportives adaptées olivetaines et orléanaises. Le plaisir de l’activité physique les guide. Comme, dimanche, au départ des Foulées Roses.

 

 

© La République du Centre – Vendredi 5 Octobre 2018 – Nicolas Da Cunha


Ajouter un commentaire

Ajouter un message

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

 

Partager cet article avec un ami

Ce champ est obligatoire

Adresse e-mail invalide

Ce champ est obligatoire

Adresse e-mail invalide

Ce champ est obligatoire

 

Votre message a bien été envoyé.